D’où vient la couleur du vin ?

L’origine des nuances de couleurs

Les fins amateurs le savent tous, le vin dispose d’une large palette de couleurs, plus précisément de teintes ou de nuances. À priori, le jus de raisin est toujours blanc pâle, voire même incolore, qu’il provienne d’un raisin blanc, rouge ou noir. L’intensité de la couleur dépend en effet du degré de contact entre le jus et la peau du raisin ; ce procédé s’appelle la macération. Plus le jus est macéré avec les peaux, plus le vin obtenu est rouge. Ainsi, on obtient une variété de nuances, comme le vin jaune paille, le vin rosé, le vin blanc, le vin rouge foncé et plus clair ainsi que le vin ambré. Certains vignobles révolutionnent même le monde du vin en créant des vins bleus. La maturité et le processus de fabrication y jouent également un rôle déterminant. Par exemple, les nuances du vin blanc résultent du cépage et de la fermentation.

L’origine du vin rouge et du vin rosé

Le vin rouge s’obtient à partir des raisins noirs, violets et rouges qui seront macérés avec les peaux. Il est important de bien choisir le cépage car cela déterminera la couleur des peaux et, de ce fait, la concentration en tanins ainsi que la nuance. Plus le vin est riche en tanins, plus il sera foncé. Le vin rosé, quant à lui, s’obtient de deux façons. Il existe le pressurage qui consiste globalement à presser et à macérer les grains de raisin pendant quelques jours. Il en résulte du jus frais et aromatique. Il est également possible d’ obtenir un vin blanc en suivant le même procédé de fabrication que celui du vin rouge, sauf que la durée de la macération sera plus courte et la peau ainsi que les pépins seront retirés. On parlera alors de rose de saignée.

D’où vient la couleur du vin ?